Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Choisissez pour votre balade une belle fin de matinée ensoleillée de printemps. Un 28 avril à 10h30 fera l'affaire.

Lorsque vous descendrez du deuxième étage du 19 de la rue du Cardinal Lemoine, vous vous poserez la question de la direction à prendre. Choisissez la droite vers le boulevard Saint-Germain et la Seine.

Sur le trottoir de gauche trois hommes déchargent de grandes planches de bois et les posent sur les devantures des trois boutiques du magasin "bois détail". Prévoir de vous y arrêter au retour, si les vitrines sont dégagées.

Continuez sur quelques mètres, une vitrine de bouquiniste vous attirera. Vous y apprendrez que "le chuchoteur" est le thriller le plus attendu de l'année. Posez-vous la question: " de quelle année ?" Non loin siègent plusieurs exemplaires de la revue "quinzinzinzili".

Plus loin une affiche dans une autre boutique vous invitera à voter Ubu aux législatives de 1910. N'en tenez pas compte. Vous voterez ou pour qui vous voudrez quand bon vous semblera.

Une autre boutique souhaite donner un coup de balai à 30, 40, voire même 50 % à des chaussures d'enfants. Vous ne vous arrêtez pas: soldé, c'est démodé.

Continuez tout droit. Traversez la rue des Chantiers. Endroit étonnant pour la rue des chantiers alors que le chantier lui est bien plus en amont, près de la station de métro Cardinal Lemoine où un immeuble se construit.

En arrivant sur le boulevard Saint-Germain une affiche publicitaire vous vantera la qualité de "l'eau de Paris - eau des parisiens". Là, traversez le boulevard. Dirigez vous vers la Seine.

Arrêtez-vous un instant et observez la végétation ornant une minuscule margelle surplombant l'Atlas, restaurant marocain situé à l'angle. Géraniums roses et rouges y côtoient quelques arbustes. Superbe!

Traversez la rue et continuez votre périple par le trottoir de gauche. Au travers de la vitre du restaurant "chez René" une affiche vous invitera à visiter l'exposition de Berthe Morisot du 11 février au 11 mars 1950 à la galerie du restaurant Dina Vierny. Ne vous y attardez pas. Ne notez rien. Il est trop tard.

Vous approchez maintenant du quai de la Tournelle. La vitrine des caves de la tour d'argent attire le gourmet que vous êtes. Les prix y sont moins élevés que vous l'imaginiez.

Si vous souhaitez rapporter un souvenir dans votre contrée ou plus ou moins lointaine, choisissez le "coffret sommelier" à 25 €. L'outil y est de belle confection, "made in France", présenté dans un joli coffret.

Sur le trottoir d'en face le restaurant du même nom, "Tour d'Argent". Point de menus affichés. D'autres guides en parleront mieux. Traversez le quai.

Voilà la Seine. Le soleil la baigne. Ralentissez, sentez la brise sur votre visage, respirez.

Sur la gauche Notre-Dame vous tourne le dos. Faites-en autant et observez le fleuve vers l'Est. Un bateau-mouche passe rapidement en le remontant. Sur le pont les sièges orange sont vides. Les touristes debout photographient en tous sens.

Approchez-vous du parapet. Vous verrez en contrebas sur le quai d'un homme d'âge mûr, sacoche en bandoulière, lunettes de soleil cachant son visage, photographiant vous ne savez quoi en direction du fleuve. Le téléobjectif est imposant. L'objet doit être loin.

Reprenez maintenant votre rythme et traversez la Seine. Au loin deux immeubles du quai d'Orléans vous attireront sans doute. La terrasse de l'un abrite un magnifique jardin planté de grands arbres. Une table métallique et une chaise pliante ornent celle du second.

La Seine est large à Paris. Elle semble paisible. Le vent y provoque de petites vaguelettes qui scintillent au soleil vous éblouissant presque, une sorte de crépitement visuel.

Vous voilà arrivé rive droite. Arrêtez-vous devant la "Bibliotheka Polska" (société historique et littéraire polonaise). Vous apprendrez qu'elle y abrite trois musées dont l'un, le seul en France à être consacré à Frédéric Chopin. Si le temps ne vous presse pas visitez-le.

À cet endroit, un jeune homme promène son chien. Il est grand, élancé. Vous le reconnaîtrez aisément: le maître est vêtu d'un jean usagé et d'une veste de costume noire. Il fume. Le chien est lourd et trapu.

Il se fait tard. Le groupe vous attend maintenant. Écourtez la balade. Rebroussez votre chemin.

Vous apercevrez un autre bateau promenant ses badauds, une femme à l'avant, jupe au vent, des pompiers s'exerçant à utiliser leurs lances en pompant l'eau de la Seine, un important échafaudage, rue Budé, d'où jaillissent des voix sans doute venu de l'Est...

Ne manquez rien mais pressez le pas.

Remontez les deux étages.

Narrez votre balade puis rédigez.

 

Tcitron

Paris, le 28 avril 2010

sceau1as.gif

dans le cadre de l'atelier "Oser écrire" de l'ALEPH

Tag(s) : #Plaisir d'écrire